Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach et Pierre Flückiger

Le paradoxe de la carte réside dans le fait qu’elle sert à faire état de territoires découverts et à  en  découvrir  de  nouveaux.  A  notre  époque,  les  nouveaux territoires  ne  sont  plus  à découvrir sur la terre mais dans les couches du temps. Aujourd’hui, il est désormais possible de  réunir  chaque  fragment  de connaissance  pour  former  une  vision  globale  grâce  à  la technologie  et  de synthétiser  sur  des  cartes  les connaissances  acquises,  sur  un référentiel unique. Il  est  ainsi  possible  d’exploiter  mieux  les  cartes  historiques  car  la géomatique  offre les  moyens  pour  ce  faire.  L’orientation  et  les  différences d’échelles  de  plans  peuvent désormais   être   confrontées   et   superposées  facilement,   ce   qui   permet   de   nouvelles interprétations historiques.  

La  cartographie  n’est  pas  un  sujet  habituellement  traité  en  archivistique. Lors de la 2e conférence annuelle des archives de l’ICA à Gérone en octobre 2014, nous avons  présenté  comment  les  cartes  et  données  historiques genevoises  ont  été  intégrées  au système   d’information   du   territoire   genevois  (SITG).   Nous avons  souhaité   expliquer   une démarche   illustrée   par un   exemple   d’utilisation   différent   des   sources   historiques   et d’engagement d’activités archivistiques dans un tel projet.

Le texte complet de l’article se trouve ici.