Le présent d'hier et de demain

Réflexions sur les archives et surtout l'archivistique à l'ère du numérique

Un chignon déstructuré, le nouveau style de l’archiviste

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach

La journée de travail de l’Association des archivistes suisses qui a eu lieu à Appenzell le 16 septembre dernier fut intéressante, trop comme on dit, même pas besoin de le préciser en fait. Ce que j’aimerais relever ici est une petite réflexion suite à une table ronde qui a réuni différentes professions évoluant autour des archives. Qui nous montre que nous n’avons pas fini de nous poser des questions sur l’évolution de notre métier et sur nous-mêmes.

Par exemple. Les historiens souhaitent accéder aux documents partout et tout le temps, donc évidemment nous nous devons de numériser l’entier des fonds. Mais en même temps, pour des recherches inédites, il faut des exclusivités. Donc la totalité de nos fonds doit être numérisée, mais pas tout.

Les salles de lectures tendent à devenir virtuelles, et le débat avance bien sur la question, on fait des efforts, on vous promet. Sauf que ce qui marche le mieux comme médiation, c’est les ateliers avec les enfants dans la vraie vie et dans l’institution. Et même avec les adultes. Carton plein, la matérialité on n’a pas trouvé mieux. Donc on doit faire du virtuel en vrai.

Parler d’humanités numériques devient une hérésie, parce que les humanités sont numériques (tout comme on ne devrait plus parler de documents électroniques parce qu’il est une évidence qu’on s’occupe des documents quel que soit le support, ni de digital archivist parce que l’archiviste est, tout simplement, @souslapoussiere on est d’accord). Or les étudiants ne maitrisent pas forcément encore les outils indispensables aux DH, outils qui ne sont d’ailleurs pas forcément enseignés. Fossé pas encore comblé. Donc buzz encore légèrement bluff.

Et enfin, les historiens souhaitent que les archivistes ne s’entourent pas d’autant de mystère (sic).

Des documents en ligne mais pas trop, des salles de lectures virtuelles pleines de vrais enfants, des humanités numériques mine de rien. En pleine lumière, mais pas au-delà du taux de lux supporté par les parchemins.

En résumé, des lentilles de contact et un chignon déstructuré.

One Response to Un chignon déstructuré, le nouveau style de l’archiviste

  1. Théophile says:

    Bonjour Anouk!

    La première contradiction peut se lever assez facilement: on numérise tout, et on ne rend publique qu’une partie.

    Ceci dit:
    – ce qui est moins facile, c’est d’avoir les ressources pour tout numériser, évidemment;
    – est-ce que les exclusivités se justifient vraiment, au-delà d’une personne ou d’un groupe de personnes?

    Bonne fin de semaine.