Le présent d'hier et de demain

Réflexions sur les archives et surtout l'archivistique à l'ère du numérique

Traces, la plateforme d’échange de l’association des archivistes suisses

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach

A l’occasion de son assemblée générale qui aura lieu le 10 septembre prochain à Porrentruy (Jura), l’association des archivistes suisses (AAS) dévoile son nouveau site web. Ce site intègre une plateforme d’échange pour la communauté archivistique suisse.

Fruit de réflexions intenses d’un groupe de travail plus ou moins informel, cette plateforme d’échange, tadaaaaaa, est baptisée Traces. Pourquoi ce nom et quel est l’objectif de cette plateforme?

Laisser une trace

Un document d’archive, une trace, un témoignage du passé et un ancrage dans le présent. Nous, humains, avons tellement besoin de traces, d’en laisser, d’en (re)trouver, d’imaginer et de construire à partir de ces traces, peut-être aujourd’hui plus que jamais. Nous, archivistes, avons pour mission de les conserver mais aussi d’assurer la traçabilité à venir des données actuelles. Les traces sous toutes leurs formes, voilà l’objet de cette plateforme. Les archives d’hier, d’aujourd’hui et de demain et toute la palette de leurs fonctions.

Objectif de cette plateforme

Sous forme de blog, Traces permet de s’exprimer, demander, partager, discuter, débattre, commenter, présenter et favoriser l’échange entre les membres du réseau AAS. Chaque membre peut publier sur Traces.

Et sinon

Le compte  twitter de l’association: @vsa_aas

Le hashtag officiel: #archivCH

Ce hashtag permettra notamment de suivre la journée professionnelle 2015 qui aura lieu vendredi 11 septembre à Porrentruy sur le thème : A-t-on encore besoin d’archivistes ? : Unser Berufsbild im Wandel.

 

3 Responses to Traces, la plateforme d’échange de l’association des archivistes suisses

  1. Longue vie à Traces !
    Par contre, j’ai été frappé en me rendant sur le site de l’absence de quoi que ce soit de « visible » (le sous-titre du logo fait exception, mais il ne vient qu’au 2e coup d’oeil) qui pourrait permettre à l’internaute de comprendre de quoi vous êtes l’association. Ceci peut-être renforcé par ces belles images professionnelles de visages et de réunions (des réunions de quoi ?). On pourrait être sur le site d’une assurance, d’une banque, d’une pharma ou d’un parti politique… 😉

  2. Anouk Dunant Gonzenbach says:

    Merci pour tes commentaires pertinents, je transmets! Et bravo pour ta photo dans l’en-tête du compte Twitter de l’AAS @vsa_aas !

  3. Ah ah, je n’avais même pas remarqué ! Quel honneur (et vive les licences libres).