Le présent d'hier et de demain

Réflexions sur les archives et surtout l'archivistique à l'ère du numérique

D’archives et d’eau fraîche

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach

De retour de Troyes où a eu lieu du 30 mars au premier avril 2016 le deuxième forum de l’association des archivistes français qui a réuni 800 personnes en 3 jours, 90 interventions et autant d’ateliers et de tables rondes sous le titre de « meta/morphoses, les archives bouillons de culture du numérique »,  je pourrais résumer la brillante et décoiffante conférence d’ouverture de Bruno Bachimont, mais vous en trouverez un ici, et l’exercice n’était pas facile.

Je pourrais rapporter en quelques mots toutes les conférences auxquelles j’ai assisté, les échanges, les relations avec les humanités numériques, l’open data, les plans à 3 à Troyes, les regards augmentés, la longue traîne du web, le retour ad fontes avec le numérique et l’encodage en TEI, le transmedia, les réseaux sociaux parce qu’on le vaut bien, la DS blanche en bas de la photo, le saumon qui remonte la rivière, l’archivologie, les limonades, l’infusion de RM, le web sémantique, l’hybridité, le CIGO, l’ISNI, le RDF et les SIG, mais les Tweetos ont effectué un superboulot et sous le #AAFtroyes16 on peut suivre un fil très complet ; des comptes-rendus sont aussi proposés sur le site du forum.

Je pourrais raconter toutes les réalisations du datasprint, mais les merveilleux animateurs qui ont dû passer leurs nuits blanches à l’organiser ont publié un document de synthèse. Je pourrais gifanimer avec le tutoriel qui se trouve ici.

Je pourrais ouvrir mon cœur pour laisser éclater ces bulles d’émotions pour celles et ceux qui ont organisé splendidement ce forum, m’émerveiller devant une amitié professionnelle à pois avec Céline Guyon, la présidente du comité scientifique et d’organisation, pétiller de mots ce plaisir de rencontres renouvelées et de rencontres nouvelles, mais j’aurais peur d’un peu pleurer.

Je pourrais raconter l’accueil en Champagne et au Champagne, l’andouillette AAAAA, les lunch box d’archives délicieuses, les mots enthousiastes du préfet pour notre profession, l’organisation sans faille, le repas de gala et le madison carré, les défis du geocaching héraldique, mais j’aurais trop envie d’y retourner et de continuer à bouillonner et à me métamorphoser. Je pourrais parler de tout cela mais comme je ne suis pas la seule à pouvoir vivre d’archives et d’eau fraîche, des comptes-rendus fleurissent un peu partout.

Alors en fait je voulais juste partager avec vous une petite réflexion qui m’a perturbée dans le train du retour. On dématérialise, on scanne, on numérise, on réseausocialise, on médationumérise, on linkedatéise et je suis la première à porter avec enthousiasme ces projets. Mais notre objectif doit-il vraiment être de vider nos salles de lectures (pour ceux qui ont la chance d’avoir encore des lecteurs) ? Ce faisant, on donne la chance évidemment à un public du monde entier d’accéder égalitairement à nos sources et ressources, mais cela doit-il se faire au détriment de l’accueil local ? Participons-nous ainsi dans ce monde de l’individualité à briser un peu de lien social ?

Je suis d’accord, le lien social ne relève ni de nos législations ni de nos missions. Mais ne faut-il pas pour autant se poser la question ? Fermer un ou deux jours une salle de lecture qui fonctionne pour donner nos forces à la numérisation (puisque ces forces ne sont pas extensibles) est-il totalement gagnant au niveau humain ? Ou alors faut-il ramener le public in situ par des événements autres, lectures, performances, ateliers ?

Je n’en sais rien, je livre mes questions brutes. Nous devons effectuer des choix stratégiques qui nous appartiennent. Mais je suis convaincue que si nous les professionnels, nous pouvons vivre d’archives et d’eau fraîche, il nous faut accueillir les autres et faire rayonner la finalité de tout cela au-delà du virtuel, dans la vraie vie.

IMG_3837          IMG_3863

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Troyes