Le présent d'hier et de demain

Réflexions sur les archives et surtout l'archivistique à l'ère du numérique

Kowloon Walled City, mondes virtuels et archivage comme création artistique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

par Anouk Dunant Gonzenbach

Mon vélo à fleurs se fait rattraper à un feu rouge par celui d’un ami surgi du passé : on pourrait discuter archives à mon atelier un de ces jours, me demande celui qui est devenu artiste, Laurent Valdès. Une proposition si incongrue ne se refuse pas (tiens mon chignon qui sent la poussière n’est pas rédhibitoire aujourd’hui). Nous voici ainsi quelques jours plus tard, un collègue aussi ami de l’artiste (ci-après SuperCollègue parce que c’est le king des SIP) et moi dans l’atelier en question à découvrir le mythe de la Kowloon Walled City, digne de celui de l’Atlantide sauf que c’est pour de vrai. Nous nous asseyons entre des boîtes Oekopack et des ordinateurs.

La Kowloon Walled City
La Kowloon Walled City, c’est une enclave chinoise au centre de Hong Kong encore britannique, une anomalie urbaine labyrinthique de 2,7 hectares développée anarchiquement, quarante mille Chinois vivant dans le quartier le plus dense du monde, un quotidien ordinaire entre fumeries d’opiums, de crack, petites usines, commerces familiaux et maisons closes. Un quartier cousu, recousu et rapiécé où le sol ne connaît plus le mot lumière, une organisation sociale paisible jouxtant les activités criminelles des triades chinoises. Une sorte de protubérance carrée au milieu d’une étendue de bâtiments peu élevés.

La Kowloon Walled City, disparue en 1993. Démolie. Rasée. Il n’en reste qu’un parc. Peu de traces tangibles. Mais des œuvres de fictions, des jeux vidéos, des mondes virtuels, la Kowloon City en alimente depuis lors l’imaginaire collectif.

Comment la disparition physique d’un lieu peut devenir une matrice pour notre imaginaire, tel est l’objet de recherche de Laurent Valdès. Qui de séjours sur place en recherches a réuni des traces documentaires et des œuvres de fiction, une collection sur la Cité disparue, une archive en devenir.

Quand la cotation devient un geste artistique
On en arrive à la question pour laquelle SuperCollègue et moi sommes là, fascinés par cette histoire réelle, suspendus aux lèvres de notre copain et tout contents que notre profession nous ait entrainés dans ce chemin de traverse. Quelles sont les caractéristiques matérielles d’un fonds d’archives, qui font qu’un fonds d’archives ressemble à un fonds d’archives ? Car Laurent va proposer une installation artistique de son travail dans une galerie genevoise, la Milkshake Agency, en organisant, classant et ordonnant tous les éléments qu’il a collectés, pour les présenter sous forme d’archive en devenir.

Alors SuperCollègue et moi on parle boutique. On parle étagère, compactus, boîte, inventaire, étiquette. C’est ainsi que la cotation devient un geste artistique. Sous le nom de All We Leave Is A Memory, l’installation est une création artistique à partir de documents collectés qui deviennent des archives, présentée sous forme d’archives. Démarche puissante. Archives dans galerie d’art contemporain:

All_We_Leave_instal-0273

All_We_Leave_instal-0251

Immersion dans la réalité virtuelle : Persistent Shadow
En parallèle à l’installation All We Leave Is A Memory, Laurent Valdès propose à la galerie Halle Nord une installation qui explore la mémoire de la Kowloon Walled City par un dispositif de réalité virtuelle. Au milieu de la galerie vide, un lac d’encre de Chine pour l’odeur et un carton postal chinois sur lequel est posé un casque.

Je mets le casque, me retrouve dans la même galerie mais cette fois agrémentée d’écrans vidéos, une porte se dessine sur un mur. Je franchis la porte et me retrouve dans l’ombre de la cité disparue, au pied des immeubles recouverts de noir. Dans un jeu vidéo qui n’est pas un jeu, dans une ville qui n’existe plus, le long d’habitations détruites dont les anciens habitants sont encore en vie. Je cours dans les rues, ai un peu le vertige, je commence à paniquer, et si les bulldozers arrivaient, j’arrache le casque, je reviens à Genève. Il n’y a plus de poussière sur mon chignon, il n’y a plus de chignon.

Persistent_Shadow_instal-0050

Persistent_Shadow_instal-0041

Installations de Laurent Valdès :

All We Leave Is A Memory, Milkshake Agency, du mardi 10 mai au vendredi 17 juin 2016 (exposition en vitrine visible en tout temps, visite sur rdv  : all_we_leave@nusquama.ch)..

Persistent Shadow, Halle Nord, du vendredi 20 mai au dimanche 29 mai 2016 (du mardi au dimanche de 14h à 18h).