Le présent d'hier et de demain

Réflexions sur les archives et surtout l'archivistique à l'ère du numérique

Un hackathon sans écran, c’est aussi ça, Open Geneva. Un temps pour se connecter, un temps pour se déconnecter. Spiritualité et gospel

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

par Anouk Dunant Gonzenbach

Les hackathons, j’étais enthousiaste, puis j’ai eu un moment de doute, puis une grande bouffée d’espérance, voir mes deux billets précédents. En tant qu’archiviste au chignon déstructuré, on ne peut pas passer à côté, et plus que cela, c’est même bien de ne pas rester coté mais de participer. A la réflexion, au partage de jeux de données, à l’échange d’expérience, sous quelque forme que ce soit. Et d’être en lien avec ce festival qui a lieu chaque année à Genève en avril, Open Geneva. Open Geneva ?

Open Geneva, je les cite, a pour but de promouvoir l’innovation ouverte dans un esprit de partage des connaissances pour le bien commun. Les domaines d’innovation ouverte particulièrement visés sont les arts, les sciences, les innovations technologiques et sociales, sur le territoire du bassin de vie lémanique.

Open Geneva été créé en 2015 par le Geneva Creativity Center pour promouvoir l’innovation ouverte afin d’améliorer la qualité de vie à Genève. Lors de la première édition, plusieurs équipes d’étudiants ont travaillé durant deux week-end sur des projets scientifiques et des innovations sociales et techniques liées à l’énergie, la santé, la mobilité. L’édition 2016 a élargi le profil de ses participants et s’est concentrée sur la santé, en collaboration étroite avec les  Hôpitaux Universitaires de Genève.

En 2017, Open Geneva est devenu un Festival de Hackathons et plus de 21 initiatives ont vu le jour, impliquant des écoles et centres de recherches, administrations et entreprises, structures publiques et privées. En 2018, ça a continué, plus de 30 hackathons ont eu lieu à Genève du 9 au 15 avril.

Cette année, les Archives d’Etat de Genève n’ont pas participé à un hackathon mais ont organisé quelques jours auparavant, dans le cadre du festival Histoire et Cité, le 23 mars 2018, une table ronde intitulée : « Le rêve numérique face aux sources archivistiques », lors de laquelle il nous a paru important d’aborder les questions suivantes : Comment mettre en œuvre les beaux principes d’accès aux documents que défendent les institutions d’archives? Quelles sont les ressources à disposition? Que faire avec la masse des images numérisées? Il s’agissait de questionner l’écart entre les perspectives offertes par le progrès numérique et la réalité matérielle des centres d’archives. Les intervenants suivants ont pris la parole, Jacques Berchtold (directeur de la Fondation Bodmer),  Pierre Flückiger (Archiviste d’Etat), François Grey (professeur à l’Université de Genève),  Lorenzo Tomasin (professeur à l’Université de Lausanne), sous la modération de Enrico Natale (directeur de Infoclio.ch) .

Mais là, il n’est pas que questions d’archives. De liens en discussions avec les organisateurs d’Open Geneva, de réunions préparatoires entre geeks, universitaires, professeurs, chercheurs et humanistes numériques en échanges passionnés fut une fois abordée un matin de cet hiver qui n’en finissait pas la constatation inéluctable du temps à disposition, de la numérisation de masse face à la période incompressible nécessaire à l’analyse des données, de la fuite en avant, de l’accélération de tout, de notre perplexité, de l’avenir, bref quasi du sens de la vie.

Nous nous sommes tous retrouvés autour de la table d’une salle de réunion en haut de la tour de la RTS en train de débattre de ce problème de société et quelqu’un a presque hurlé, en fait, il faut un hackathon yoga. Un stop. Un recentrage. Et pourquoi pas de la spiritualité là au milieu ? Nous avons tous pris cela très au sérieux. Nous nous sommes arrêtés. Oui, que de sens à proposer un tel atelier.

En face de l’Université, il y a un temple. Au sein de l’Université, des aumôniers. Alors,

Et si on mettait de la spiritualité dans le numérique ? Un temps pour se connecter, et un temps pour se déconnecter. Le chant gospel comme reconnexion avec soi-même et les autres.

Et ça a lieu. Un atelier sans écran, la connexion avec soi-même et les autres.

FullSizeRender

Deux heures de chant entre plusieurs hackathons, des tas de notes notes parmi des tonnes de bits, laisser courir les doigts sur le piano, suivre la partition et laisser le clavier, transdisciplinarité à plusieurs voix, let it shine.

IMG_1447

Ce moment a toute sa place ici. Un grand sens.

Et de nouvelles connexions. Je continue à croire aux hackahtons, sous toutes les formes que ce soit, parce que c’est ouvert. Comme les données. Comme les gens.

IMG_1464

Restitution des posters lors du hackshow du dimanche au nouveau campus HEAD