Le présent d'hier et de demain

Réflexions sur les archives et surtout l'archivistique à l'ère du numérique – Anouk Dunant Gonzenbach

Découvrir des archives en maillot de bain

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach

Présenter des archives à un public en maillot de bain, ça, c’est fait ! Et pas n’importe lesquelles, les documents relatifs à la Réforme à Genève datant de 1536 ! Histoire d’une belle aventure, décidément, je l’aime, cette profession :

En 2017, l’Europe a fêté les 500 ans de la protestation de Martin Luther contre les indulgences (octobre 1517). Les Archives d’Etat de Genève ne pouvaient pas passer à côté de ces commémorations, même s’il ne s’est pas vraiment passé quelque chose dans notre cité avant le début des années 1530. Nous étions de plus en plein projet de numérisation et de restauration des archives de l’Eglise protestante de Genève. Deux bonnes raisons pour préparer une exposition sur le sujet. Nous avons réuni alors un collectif d’historiens et avons choisi ensemble d’illustrer non pas la vie de grands hommes (autrement dit de ne pas axer le tout sur Calvin) mais la vie des gens, et de montrer que l’agitation religieuse émane d’une mobilisation collective et pas de la volonté d’un réformateur.

En d’autres mots, montrer comment les Genevois ont été acteurs de la Réforme et l’ont vécue dans leur quotidien. D’où le titre : « Côté chaire, côté rue. La Réforme à Genève 1517-1617 » (vous l’aurez remarqué, on triche avec cette date de 1517, mais c’est plus clair pour s’inscrire dans le contexte 2017).

Cette exposition a abordé le sujet par différents thèmes : les enfants, les femmes, les chants, l’espace public, etc. et a montré comment les archives se font l’écho de l’activisme, des résistances ou de l’adaptation des acteurs, et soulignent les changements réels ou mythifiés de la Réforme. D’ailleurs, la Réforme a été proclamée avant l’arrivée de Calvin à Genève, par exemple.

Cette expo, accompagnée par un site sous forme de storymap (voir ici),  a eu un grand succès (en toute objectivité) et de nombreuses visites guidées ont eu lieu.

Vers la fin de cette année 2017, un ami pasteur (Jean-Michel Perret, qui vient de créer un ministère pionnier « sans le seuil » proposant en complément de l’offre traditionnelle de l’Eglise des événements décalés dans l’espace public), m’a fait une constatation certes polie mais en substance son message était le suivant : « elle est bien ton expo, mais si tu veux que les gens la voient il faut la mettre dans le rue et pas seulement dans la ville haute ». Voyant venir les nuits blanches de travail pour réaliser un tel projet, je l’ai envoyé sur les roses.

Pas pour longtemps, car son intuition une fois de plus était juste. Allons-y carrément, pourquoi ne pas « Rendre la Réforme aux Genevois » et le patrimoine qui leur appartient dans l’endroit fréquenté et populaire que sont les Bains des Pâquis ?

Les Bains des Pâquis  à Genève, c’est comme le jet d’eau et l’horloge fleurie, un lieu phare, sauf que ça vit. Et à l’entrée, il y a un mur sur lequel tourne une fois par mois une nouvelle exposition. Parfait. Ne reste plus qu’à trouver le budget, adapter l’expo de base et refaire les textes, un nouveau graphisme, convaincre la commission culturelle des Bains qu’il s’agit d’histoire et non de prosélytisme et trouver un sens juste à ce projet.

Pour le budget, nous remercions trois fondations privées genevoises. Pour l’adaptation de l’expo de base, les historiens ont été d’accord pour la réutilisation et la relecture des textes. La commission culturelle des Bains est géniale. Pour le sens, Jean Stern, artiste,  a choisi de « prendre les documents d’archives par la main ». Il a transporté fictivement les documents d’archives dans les espaces qu’ils convoquent pour que ces documents puissent trouver un pouvoir d’évocation et une présence dans notre aujourd’hui. Le titre de cette nouvelle exposition en découle : « Côté chaire, côté rue, côté sens. Rendre la Réforme aux Genevois».

ref_2

Alors voilà, une exposition qui rend la Réforme aux Genevois d’aujourd’hui, la met à portée de tous et casse plein de clichés (ben oui, les Genevois n’ont pas filé si droit que cela) dans un lieu décalé pour un tel sujet, ohmondieu, des registres d’église et des procès-verbaux du Conseil de 1536 sur les murs des Bains !

ref_titre

Pour le vernissage, une nouvelle intuition : nous avons contacté Xavier Michel, le chanteur du groupe Aliose, qui avait effectué son mémoire de licence en histoire sur le théâtre pendant la Réforme. Belle rencontre. Il nous a donné un coup de main pour les textes, et Aliose est venu donner un concert pendant la soirée de vernissage, en pleine bise mais dans une lumière sublime. Notre collectif d’historien a réussi à faire paraître pour cette même soirée l’ouvrage issu de l’exposition aux Archives «Côté chaire, côté rue. L’impact de la Réforme sur la vie quotidienne à Genève (1517-1617)», aux éditions La Baconnière.

IMG_1690

Nos 17 panneaux ont été exposés pendant un mois et nous avons proposé quatre visites guidées. Ainsi, j’ai eu le plaisir, la jubilation même, de parler archives et Réforme en plein air devant un public parfois en maillot de bain, et je n’en reviens jamais mais la magie opère à chaque coup.

RB180614-expo-6141475w

On peut transmettre notre passion pour les documents anciens partout (il faut dire qu’à Genève nous avons des sources exceptionnelles et exceptionnellement complètes car elles n’ont subi aucune destruction, mais je ne vais pas vous saouler ici pendant trois pages sur ces documents d’exception).

RB1806-expo-6141492w

Même une fois, un orage a éclaté au milieu de la visite, alors on l’a continuée dans la cabane à fondue, sans support, sans photos, sans rien, et rien suffisait, et les Bains nous ont servi une fondue que nous avons mangée ensemble, personne ne se connaissait, mais on a parlé une bonne partie de la soirée.

Je suis archiviste et j’aime mon métier, je vous l’ai déjà dit ?