Le présent d'hier et de demain

Réflexions sur les archives et surtout l'archivistique à l'ère du numérique – Anouk Dunant Gonzenbach

Découvrir des archives en maillot de bain

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach

Présenter des archives à un public en maillot de bain, ça, c’est fait ! Et pas n’importe lesquelles, les documents relatifs à la Réforme à Genève datant de 1536 ! Histoire d’une belle aventure, décidément, je l’aime, cette profession :

En 2017, l’Europe a fêté les 500 ans de la protestation de Martin Luther contre les indulgences (octobre 1517). Les Archives d’Etat de Genève ne pouvaient pas passer à côté de ces commémorations, même s’il ne s’est pas vraiment passé quelque chose dans notre cité avant le début des années 1530. Nous étions de plus en plein projet de numérisation et de restauration des archives de l’Eglise protestante de Genève. Deux bonnes raisons pour préparer une exposition sur le sujet. Nous avons réuni alors un collectif d’historiens et avons choisi ensemble d’illustrer non pas la vie de grands hommes (autrement dit de ne pas axer le tout sur Calvin) mais la vie des gens, et de montrer que l’agitation religieuse émane d’une mobilisation collective et pas de la volonté d’un réformateur.

En d’autres mots, montrer comment les Genevois ont été acteurs de la Réforme et l’ont vécue dans leur quotidien. D’où le titre : « Côté chaire, côté rue. La Réforme à Genève 1517-1617 » (vous l’aurez remarqué, on triche avec cette date de 1517, mais c’est plus clair pour s’inscrire dans le contexte 2017).

Cette exposition a abordé le sujet par différents thèmes : les enfants, les femmes, les chants, l’espace public, etc. et a montré comment les archives se font l’écho de l’activisme, des résistances ou de l’adaptation des acteurs, et soulignent les changements réels ou mythifiés de la Réforme. D’ailleurs, la Réforme a été proclamée avant l’arrivée de Calvin à Genève, par exemple.

Cette expo, accompagnée par un site sous forme de storymap (voir ici),  a eu un grand succès (en toute objectivité) et de nombreuses visites guidées ont eu lieu.

Vers la fin de cette année 2017, un ami pasteur (Jean-Michel Perret, qui vient de créer un ministère pionnier « sans le seuil » proposant en complément de l’offre traditionnelle de l’Eglise des événements décalés dans l’espace public), m’a fait une constatation certes polie mais en substance son message était le suivant : « elle est bien ton expo, mais si tu veux que les gens la voient il faut la mettre dans le rue et pas seulement dans la ville haute ». Voyant venir les nuits blanches de travail pour réaliser un tel projet, je l’ai envoyé sur les roses.

Pas pour longtemps, car son intuition une fois de plus était juste. Allons-y carrément, pourquoi ne pas « Rendre la Réforme aux Genevois » et le patrimoine qui leur appartient dans l’endroit fréquenté et populaire que sont les Bains des Pâquis ?

Les Bains des Pâquis  à Genève, c’est comme le jet d’eau et l’horloge fleurie, un lieu phare, sauf que ça vit. Et à l’entrée, il y a un mur sur lequel tourne une fois par mois une nouvelle exposition. Parfait. Ne reste plus qu’à trouver le budget, adapter l’expo de base et refaire les textes, un nouveau graphisme, convaincre la commission culturelle des Bains qu’il s’agit d’histoire et non de prosélytisme et trouver un sens juste à ce projet.

Pour le budget, nous remercions trois fondations privées genevoises. Pour l’adaptation de l’expo de base, les historiens ont été d’accord pour la réutilisation et la relecture des textes. La commission culturelle des Bains est géniale. Pour le sens, Jean Stern, artiste,  a choisi de « prendre les documents d’archives par la main ». Il a transporté fictivement les documents d’archives dans les espaces qu’ils convoquent pour que ces documents puissent trouver un pouvoir d’évocation et une présence dans notre aujourd’hui. Le titre de cette nouvelle exposition en découle : « Côté chaire, côté rue, côté sens. Rendre la Réforme aux Genevois».

ref_2

Alors voilà, une exposition qui rend la Réforme aux Genevois d’aujourd’hui, la met à portée de tous et casse plein de clichés (ben oui, les Genevois n’ont pas filé si droit que cela) dans un lieu décalé pour un tel sujet, ohmondieu, des registres d’église et des procès-verbaux du Conseil de 1536 sur les murs des Bains !

ref_titre

Pour le vernissage, une nouvelle intuition : nous avons contacté Xavier Michel, le chanteur du groupe Aliose, qui avait effectué son mémoire de licence en histoire sur le théâtre pendant la Réforme. Belle rencontre. Il nous a donné un coup de main pour les textes, et Aliose est venu donner un concert pendant la soirée de vernissage, en pleine bise mais dans une lumière sublime. Notre collectif d’historien a réussi à faire paraître pour cette même soirée l’ouvrage issu de l’exposition aux Archives «Côté chaire, côté rue. L’impact de la Réforme sur la vie quotidienne à Genève (1517-1617)», aux éditions La Baconnière.

IMG_1690

Nos 17 panneaux ont été exposés pendant un mois et nous avons proposé quatre visites guidées. Ainsi, j’ai eu le plaisir, la jubilation même, de parler archives et Réforme en plein air devant un public parfois en maillot de bain, et je n’en reviens jamais mais la magie opère à chaque coup.

RB180614-expo-6141475w

On peut transmettre notre passion pour les documents anciens partout (il faut dire qu’à Genève nous avons des sources exceptionnelles et exceptionnellement complètes car elles n’ont subi aucune destruction, mais je ne vais pas vous saouler ici pendant trois pages sur ces documents d’exception).

RB1806-expo-6141492w

Même une fois, un orage a éclaté au milieu de la visite, alors on l’a continuée dans la cabane à fondue, sans support, sans photos, sans rien, et rien suffisait, et les Bains nous ont servi une fondue que nous avons mangée ensemble, personne ne se connaissait, mais on a parlé une bonne partie de la soirée.

Je suis archiviste et j’aime mon métier, je vous l’ai déjà dit ?

Le monde prend l’eau de toutes parts et nous, on vend des armes comme d’habitude mais en mieux

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

par Anouk Dunant Gonzenbach

Fin de printemps 2018. Le conseiller fédéral dernier élu en date voit comme un avantage les exportations d’armes vers les pays en guerre civile. Jusqu’à aujourd’hui, la majorité de notre gouvernement faisait bloc. Et là, ça se renverse.

Résultat : exporter du matériel de guerre dans des pays en conflit civil devient possible. Mais comme en Suisse on prend ses précautions, on soigne les apparences, on place un nain de jardin sur le bout d’herbe qui dépasse, un bateau blanc sur un lac bleu, on passe à la broyeuse les archives compromettantes, on va s’assurer qu’il n’y aura qu’un faible risque que le matériel vendu soit utilisé dans l’objectif pour lequel il a été fabriqué.

Le monde prend l’eau de toutes parts, les enfants mexicains sont enlevés à leur parents à la frontière étasunienne, les état se battent pour ne pas accueillir les bateaux Aquarius, les hauts commissaires aux droits de l’homme ne tiennent pas le coup plus d’un mandat, les Rohingyas sont toujours massacrés, et la Suisse étend la vente des armes.

En toute hypocrisie diplomatique. Une auréole au-dessus du Palais fédéral. Une franche poignée de main virile qui tue.

Cette fois, on ne pourra pas dire, cinquante ans plus tard, qu’on ne savait pas.

Qu’on accueille des réfugiés qui racontent leurs souffrances, venus de conflits négligés par la presse dans l’indifférence générale, qu’on ne croit pas lorsqu’ils affirment être en danger, et qu’on vend des vieux chars qui par divers détours approvisionneront ces mêmes conflits et contribueront à créer plus de morts et de réfugiés, une boucle pas stoppée, aucun intérêt de l’arrêter tant que ça enrichit, alors c’est bien mieux de prolonger les conflits. Lire le livre de Martin Sutter, le Cuisinier. Auréole de lingots d’or au dessus du Palais fédéral.

Cinquante ans plus tard, on ne pourra pas dire qu’on ne savait pas. Qu’on ne savait pas que des enfants allaient se tirer dessus, otages de deux armées adverses, des enfants qui n’auront jamais 12 ans.

On ne pourra pas dire qu’on ne savait pas que, que, … Commencer une liste à la Prévert ? Non.

Le monde prend l’eau de toutes parts, et dans ce pays, dans mon pays, en quelques lignes, on va encore plus y contribuer. Entre huit bouteilles de champagne dans un hôtel de luxe de Saint-Moritz, la messe est souvent dite, entre capitaines et leurs états-majors économiques, on aide à s’entre-tuer.

La Suisse vend des armes. Règne de l’économie, hypocrisie. Tradition humanitaire. Sur la croix blanche sur fond rouge, sur la croix rouge sur fond blanc, des enfants soldats morts. La Suisse continue à vendre des armes, mais désormais en mieux. Continuons à regarder le mondial de foot.

Salutations Monsieur Cassis.

Petit texte sans lien direct avec les archives, sujet de ce blog, quoique… on aura besoin d’archives, plus tard, pour faire l’histoire de tout cela. Mais là, on est bien dans le présent, malgré l’éclairage d’hier, pour quel demain.

Un hackathon sans écran, c’est aussi ça, Open Geneva. Un temps pour se connecter, un temps pour se déconnecter. Spiritualité et gospel

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

par Anouk Dunant Gonzenbach

Les hackathons, j’étais enthousiaste, puis j’ai eu un moment de doute, puis une grande bouffée d’espérance, voir mes deux billets précédents. En tant qu’archiviste au chignon déstructuré, on ne peut pas passer à côté, et plus que cela, c’est même bien de ne pas rester coté mais de participer. A la réflexion, au partage de jeux de données, à l’échange d’expérience, sous quelque forme que ce soit. Et d’être en lien avec ce festival qui a lieu chaque année à Genève en avril, Open Geneva. Open Geneva ?

Open Geneva, je les cite, a pour but de promouvoir l’innovation ouverte dans un esprit de partage des connaissances pour le bien commun. Les domaines d’innovation ouverte particulièrement visés sont les arts, les sciences, les innovations technologiques et sociales, sur le territoire du bassin de vie lémanique.

Open Geneva été créé en 2015 par le Geneva Creativity Center pour promouvoir l’innovation ouverte afin d’améliorer la qualité de vie à Genève. Lors de la première édition, plusieurs équipes d’étudiants ont travaillé durant deux week-end sur des projets scientifiques et des innovations sociales et techniques liées à l’énergie, la santé, la mobilité. L’édition 2016 a élargi le profil de ses participants et s’est concentrée sur la santé, en collaboration étroite avec les  Hôpitaux Universitaires de Genève.

En 2017, Open Geneva est devenu un Festival de Hackathons et plus de 21 initiatives ont vu le jour, impliquant des écoles et centres de recherches, administrations et entreprises, structures publiques et privées. En 2018, ça a continué, plus de 30 hackathons ont eu lieu à Genève du 9 au 15 avril.

Cette année, les Archives d’Etat de Genève n’ont pas participé à un hackathon mais ont organisé quelques jours auparavant, dans le cadre du festival Histoire et Cité, le 23 mars 2018, une table ronde intitulée : « Le rêve numérique face aux sources archivistiques », lors de laquelle il nous a paru important d’aborder les questions suivantes : Comment mettre en œuvre les beaux principes d’accès aux documents que défendent les institutions d’archives? Quelles sont les ressources à disposition? Que faire avec la masse des images numérisées? Il s’agissait de questionner l’écart entre les perspectives offertes par le progrès numérique et la réalité matérielle des centres d’archives. Les intervenants suivants ont pris la parole, Jacques Berchtold (directeur de la Fondation Bodmer),  Pierre Flückiger (Archiviste d’Etat), François Grey (professeur à l’Université de Genève),  Lorenzo Tomasin (professeur à l’Université de Lausanne), sous la modération de Enrico Natale (directeur de Infoclio.ch) .

Mais là, il n’est pas que questions d’archives. De liens en discussions avec les organisateurs d’Open Geneva, de réunions préparatoires entre geeks, universitaires, professeurs, chercheurs et humanistes numériques en échanges passionnés fut une fois abordée un matin de cet hiver qui n’en finissait pas la constatation inéluctable du temps à disposition, de la numérisation de masse face à la période incompressible nécessaire à l’analyse des données, de la fuite en avant, de l’accélération de tout, de notre perplexité, de l’avenir, bref quasi du sens de la vie.

Nous nous sommes tous retrouvés autour de la table d’une salle de réunion en haut de la tour de la RTS en train de débattre de ce problème de société et quelqu’un a presque hurlé, en fait, il faut un hackathon yoga. Un stop. Un recentrage. Et pourquoi pas de la spiritualité là au milieu ? Nous avons tous pris cela très au sérieux. Nous nous sommes arrêtés. Oui, que de sens à proposer un tel atelier.

En face de l’Université, il y a un temple. Au sein de l’Université, des aumôniers. Alors,

Et si on mettait de la spiritualité dans le numérique ? Un temps pour se connecter, et un temps pour se déconnecter. Le chant gospel comme reconnexion avec soi-même et les autres.

Et ça a lieu. Un atelier sans écran, la connexion avec soi-même et les autres.

FullSizeRender

Deux heures de chant entre plusieurs hackathons, des tas de notes notes parmi des tonnes de bits, laisser courir les doigts sur le piano, suivre la partition et laisser le clavier, transdisciplinarité à plusieurs voix, let it shine.

IMG_1447

Ce moment a toute sa place ici. Un grand sens.

Et de nouvelles connexions. Je continue à croire aux hackahtons, sous toutes les formes que ce soit, parce que c’est ouvert. Comme les données. Comme les gens.

IMG_1464

Restitution des posters lors du hackshow du dimanche au nouveau campus HEAD

Records in Context, nouvelle mouture des normes de description archivistique du Conseil International des Archives. En théorie et en pratique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Retour sur la séance du forum des archivistes genevois par Emmanuel Ducry et Anouk Dunant Gonzenbach

Le forum des archivistes genevois a présenté le 11 septembre 2017 une séance consacrée à la norme « Records in Context » (RIC). Dans une première partie, Jean-Daniel Zeller a rappelé les principes de cette norme.

Records in Context – RIC

RIC est une nouvelle norme archivistique regroupant les normes ISAD-G, ISAAR, ISAF et ISDIAH.

Elle émane du groupe d’experts EGAD (Expert Group on Archival Description), mandaté en 2012 par le comité international des archives (ICA) pour fusionner ces quatre normes.  Pour rappel :

– ISAD-G (General International Standard Archival Description) a pour objet la description des fonds;
– ISAAR (CPF) (International Standard Archival Authority Records-Corporate Bodies, Persons, and Families) a pour objet la description des producteurs;
– ISDF (International Standard for Describing Functions) a pour objet la description des fonctions;
– ISDIAH (International Standard for Describing Institutions with Archival Holdings) a pour objet la description des services conservant les fonds.

La norme qui a résulté des travaux de l’EGAD porte le nom de Records in Context (RiC).

Deux éléments se cachent sous ce terme:
– un modèle conceptuel (la norme) : Record in Context Conceptual Model (RiC-CM),
– une ontologie : Record in Context Ontology (RiC-O), à savoir la grammaire permettant de mettre en pratique le modèle conceptuel.

On peut relever que le travail sur une ontologie montre d’emblée que les réflexions du groupe se placent dans le contexte du web sémantique.

Le groupe EGAD a constaté que si ISAD-G a eu une profonde influence sur la profession au niveau international et qu’ISAAR a connu quelques utilisations ici et là, ISDF et ISDIAH n’ont quant à eux eu aucun écho ou presque. Par conséquent, la manière d’organiser les fonds selon une structure tectonique (fonds, série, sous-série, sous-sous-série, etc.) respectant le principe de provenance reste au cœur du modèle. Ainsi, l’on retrouve dans RiC l’ensemble d’ISAD complété par des éléments provenant d’SAAR, ISDF et ISDIAH.

Toutefois, si l’on y retrouve l’organisation hiérarchique d’ISAD, elle est étendue sous forme d’un réseau. Un élément d’un fonds peut être lié à un autre fonds, une fonction, un producteur, un utilisateur à des droits , et pas forcément le même que celui de l’élément d’à côté. Ce qui veut dire que le modèle permet de rester à une stricte description du type ISAD pour assurer la compatibilité avec l’existant (il faudra cependant traduire les anciens fichiers ISAD dans le nouveaux langage de description), ou de l’enrichir et de le développer pour le faire évoluer vers le réseau.

On trouve dans RIC la volonté de se mettre en phase avec les professions qui nous entourent et que cette norme soit utilisable par les archivistes et les Record Manager, une collaboration rendue de plus en plus nécessaire par l’archivage électronique. Les exigences de l’archivage électronique sont donc aussi un élément fondamental pris en compte dans cette révision. On trouve également la volonté de faciliter l’interface avec les normes existant dans les autres institutions patrimoniales telles que les bibliothèques ou les musées de façon à faciliter les échanges de données, les développements informatiques, etc. S’il n’est pas possible d’être totalement cohérent avec l’univers des bibliothécaires (FRBR) qui utilise une autre logique, il y a des éléments, comme les descriptions d’auteurs, qu’il est possible de partager.

Enfin, si les RiC sont prévus pour gérer la masse de données issues de l’archivage électronique, ils sont aussi pensés pour pouvoir être utilisés pour des descriptions très détaillées d’une pièce ou des archives d’un individu. Par-là, il y a une volonté d’ouvrir la norme vers les utilisateurs des archives pour des utilisations autres que proprement archivistiques.

En résumé il y a une volonté d’intégrer l’ensemble des normes archivistiques existantes et de faciliter la connexion de cette norme avec des contextes d’utilisation et des normes voisines qui peuvent être utilisées dans les musées, les bibliothèques ou par les chercheurs.

Actuellement, la norme RIC est un draft en consultation; l’ontologie qui permettra son utilisation n’est pas terminée.

Le Matterhorn RDF Data Model : implémentation des modèles d’information OAIS et RiC dans le cadre des technologies sémantiques

La seconde partie de la séance a été consacrée à la présentation par Alain Dubois, Archiviste d’Etat du canton du Valais et Tobias Wildi, Direction de Docuteam, de la transformation de leur Matterhorn Mets Profile dans une forme adaptée au web sémantique, le Matterhorn RDF Data Motel. Une forme parallèle au RIC en somme, puisque ce dernier n’est pas encore finalisé. (Le Matterhon Mets Profile est un modèle de boîte électronique qui a pour principal intérêt d’être basé sur un emboîtement de modèle de métadonnée (METS + PREMIS + ISAD) souvent utilisé au niveau international.) Le powerpoint de la présentation se trouve ici.

Cette séance du forum a remporté un grand succès car, au-delà des frontières cantonales, elle a réuni une cinquantaine d’archivistes genevois, vaudois, neuchâtelois et bernois. On constate donc le grand intérêt pour notre profession à se tenir au courant des derniers développements. En revanche, on ressent une certaine peur devant la complexité de l’affaire.

Nous nous faisons la réflexion que si tout le monde sent que le web sémantique est l’avenir, il s’agit plus du web d’après-demain que de demain. En effet, le web de demain, c’est le Linked Open Data (LOD), ou web des données.

Open Geneva hackathon et données culturelles

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

par Anouk Dunant Gonzenbach

Les hackathons, je n’y croyais plus trop, sentiment sans doute inversement proportionnel aux nombres de mes cheveux blancs. Ce blog alliant billets sur des données techniques, cris du cœur et comptes-rendus, mélangeons ici un peu le tout.

Je n’y croyais plus trop en pédalant à la montée sous la pluie direction l’entrée Pregny de l’ONU, transpirant d’autant plus qu’à la vérification d’identité mon enregistrement n’avait pas été reçu, tout cela pour aller présenter les choix de métadonnées et conditions d’accès retenus par les Archives d’Etat de Genève pour la mise en ligne de leurs images numérisées, lors de la première partie du Hackathon open libraries à la bibliothèque de l’ONU (qui lui-même est un pre-event du 3rd Swiss Open Cultural Data Hackathon  qui aura lieu à Lausanne en septembre prochain). Ok compliqué, moi non plus, je n’avais pas tout bien compris en arrivant.

IMG_8586

Une fois dedans et comme toujours, l’effet ONU est garanti, on se croit mileu des années 30 droit dans Belle du seigneur, le magistral roman d’Albert Cohen. Les hackathons, je n’y croyais toujours plus trop, mais franchement c’est toujours un immense plaisir de revoir les collègues, amis et connaissances. Une première partie d’exposés ponctuée par l’intervention de Rufus Pollock, le fondateur de l’open knowledge foundation, et ses « Wonderful » (même s’il me semble qu’il prêche des déjà-convaincus et qu’il n’y a rien de trop neuf mais bon).

Après la pause, présentation des idées liées aux jeux de données. Martin Grandjean (chercheur, historien, digital humanist et spécialiste des archives de la Société des Nations) propose le développement d’une application qui permettrait aux internautes de taguer les visages sur la collection de photos de la SDN, hébergée aujourd’hui sur un site obsolète. 4 jeunes étudiants d’Epitech, école de l’innovation et de l’expertise informatique à Lyon  se joignent à ce projet.

Et là, sans projet préconçu, une équipe idéale est constituée : un chercheur spécialiste et hyperfamilier du fonds de photos, les archivistes de l’ONU et ces 4 développeurs. Tout le monde se comprend au quart de tour.

IMG_8584

Je n’y croyais plus trop, à ces hackathons, mais là il se passe un truc. Un échange immédiat, sur la même longueur d’ondes, chacun avec sa spécialité. Quasi-transgénérationnel, en plus. Ça phosphore en live et ça se lit sur les visages. Juste pour la beauté de la chose. Un pur moment d’espérance, c’est ma lecture de l’instant.

poster CFRPAA

J’avoue que je ne suis pas présente les deux jours suivants, un samedi et un dimanche lors desquels 20 hackathons parallèles se déroulent en plusieurs lieux à Genève lors de ce Open geneva hackathon (sur les thèmes de la santé, des smart city, du social, etc.). Mais je vibre lorsque je lis que notre projet est sélectionné pour représenter le Geneva Open Libraries lors de la cérémonie de clôture qui rassemble ces fameux 20 hackatons parallèles, par un pitch de 3 minutes pour la préparation duquel on bénéficie d’un coaching professionnel.

2017_0514_16102000

Trop bien. Et pour citer l’un des étudiants de l’Epitech, Adrien Bayles, »il n’y avait pas de jury pour départager les dernières équipes en lice, mais nous considérons tout de même que nous avons gagné, ne serait-ce que pour les contacts que nous avons noués et ajoutés à notre carnet d’adresse ».

Des étudiants remarquables et épatants, qui en plus veulent continuer le projet car ils ont été touchés par la passion des archivistes et chercheurs.

Je n’y croyais plus trop à ces hackathons? Quelle grave erreur! J’y crois pour tout, pour la technique, pour le développement, pour les échanges, pour la confiance, pour les contacts, pour les liens, pour l’avenir.

L’équipe

Martin Grandjean, Université de Lausanne, @GrandjeanMartin
Blandine Blukacz-Louisfert, Archives ONU
Colin Wells, Archives ONU
Maria Jose Lloret, Archives ONU
Adam Krim, Epitech Lyon
Louis Schneider, Epitech Lyon
Adrien Bayles, Epitech Lyon, @Ad_Bayles
Paul Varé, Epitech Lyon
Anouk Dunant Gonzenbach, Archives d’Etat de Genève, @noukdunant

Les archives, la géomatique et la Réforme : une promenade virtuelle dans la Genève du 16e siècle sous forme de StoryMap

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach

Le paradoxe de la carte réside dans le fait qu’elle sert à faire état de territoires découverts et à en découvrir de nouveaux. A notre époque, les nouveaux territoires ne sont plus à découvrir sur la terre mais dans les couches du temps. Aujourd’hui, grâce à la technologie géomatique, il est possible de synthétiser sur des cartes les connaissances acquises et ainsi exploiter mieux les cartes historiques.

La cartographie n’est pas un sujet habituellement traité en archivistique. Lors de la 2e conférence annuelle des archives de l’ICA à Gérone en octobre 2014, nous avons présenté comment les cartes et données historiques genevoises ont été intégrées au système d’information du territoire genevois (SITG) et avions expliqué une démarche illustrée par un exemple d’utilisation différent des sources historiques et d’engagement d’activités archivistiques dans un tel projet.

Toujours plus loin. Convaincues qu’il faut présenter les archives selon différents angles et atteindre des publics multiples, les Archives d’Etat de Genève (AEG) ont continué leurs réflexions et proposent aujourd’hui, en complément à leur nouvelle exposition physique, une présentation virtuelle des sources relatives à la Réforme à Genève sous forme de StoryMap, une promenade dans la Genève du 16ème siècle.

Côté chaire, côté rue. La Réforme à Genève 1517-1617
« Côté chaire, côté rue. La Réforme à Genève 1517-1617 », tel est le titre de l’exposition des AEG, visible jusqu’au 15 décembre 2017, qui présente l’impact de la Réforme sur la vie quotidienne des Genevois et qui a lieu dans le contexte du 500e anniversaire de la Réforme luthérienne (1517).

Le choix de la StoryMap
Selon la définition donnée par Esri, une StoryMap s’appuie sur la géographie pour organiser et présenter des informations. Elle présente un récit concernant un site, un événement, une question, une tendance ou un motif, dans un contexte géographique. Elle associe des cartes interactives à du contenu enrichi de texte, photos, vidéo et audio dans des expériences utilisateur basiques et intuitives».

Jusqu’à présent, les AEG proposaient en ligne les textes de leurs expositions agrémentés d’illustrations sous forme de pages HTML statiques. Cette fois, une nouvelle technologie a été testée puis choisie, permettant de présenter l’intégralité des documents exposés, et même plus, géoréférencés sur un plan historique de Genève.

Et voilà le résultat ! www.ge.ch/archives-expo2017

Cette StoryMap a été réalisée sur la plateforme ArcGis Online par Aude Matthey-Doret dans le cadre de son stage de certificat complémentaire en géomatique .

Capture d’écran 2017-04-30 à 20.53.07

Un chignon déstructuré, le nouveau style de l’archiviste

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach

La journée de travail de l’Association des archivistes suisses qui a eu lieu à Appenzell le 16 septembre dernier fut intéressante, trop comme on dit, même pas besoin de le préciser en fait. Ce que j’aimerais relever ici est une petite réflexion suite à une table ronde qui a réuni différentes professions évoluant autour des archives. Qui nous montre que nous n’avons pas fini de nous poser des questions sur l’évolution de notre métier et sur nous-mêmes.

Par exemple. Les historiens souhaitent accéder aux documents partout et tout le temps, donc évidemment nous nous devons de numériser l’entier des fonds. Mais en même temps, pour des recherches inédites, il faut des exclusivités. Donc la totalité de nos fonds doit être numérisée, mais pas tout.

Les salles de lectures tendent à devenir virtuelles, et le débat avance bien sur la question, on fait des efforts, on vous promet. Sauf que ce qui marche le mieux comme médiation, c’est les ateliers avec les enfants dans la vraie vie et dans l’institution. Et même avec les adultes. Carton plein, la matérialité on n’a pas trouvé mieux. Donc on doit faire du virtuel en vrai.

Parler d’humanités numériques devient une hérésie, parce que les humanités sont numériques (tout comme on ne devrait plus parler de documents électroniques parce qu’il est une évidence qu’on s’occupe des documents quel que soit le support, ni de digital archivist parce que l’archiviste est, tout simplement, @souslapoussiere on est d’accord). Or les étudiants ne maitrisent pas forcément encore les outils indispensables aux DH, outils qui ne sont d’ailleurs pas forcément enseignés. Fossé pas encore comblé. Donc buzz encore légèrement bluff.

Et enfin, les historiens souhaitent que les archivistes ne s’entourent pas d’autant de mystère (sic).

Des documents en ligne mais pas trop, des salles de lectures virtuelles pleines de vrais enfants, des humanités numériques mine de rien. En pleine lumière, mais pas au-delà du taux de lux supporté par les parchemins.

En résumé, des lentilles de contact et un chignon déstructuré.

« En préservant le passé, on offre des solutions pour l’avenir ». Ban-Ki-Moon. Et le présent?

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

par Anouk Dunant Gonzenbach

Ce qu’il y a de bien dans les conférences internationales archivistiques, c’est que les orateurs invités pour les keynotes speech du début montrent à quel point les archives sont indispensables. Alors on se rengorge, mais c’est vrai. Et l’orateur, c’est pas n’importe qui, celui qui a ouvert ce matin le Congrès du Conseil international des archives (ICA) qui se tient en ce moment-même à Séoul, c’est Ban-Ki-Moon.

Ce qu’il il y a de bien aussi aujourd’hui, c’est que sans être en Corée, on peut suivre les conférences grâce aux collègues qui gazouillent pour nous. Quasiment en direct donc de Séoul, voici les réflexions que l’ONU apporte sur les archives.

Ban-Ki-Moon, représenté par John Hocking (Assistant Secretary General UN) adresse ses félicitations à la communauté archivistique, car « les archives jouent un rôle important pour soutenir la justice et la réconciliation ». Les archivistes sont les conservateurs de l’histoire, dit-il. En préservant le passé, on offre des solutions pour l’avenir.

Son message est le suivant,  il est indispensable de documenter les atrocités pour en tirer des leçons. Ainsi, en consultant les archives du Rwanda, on peut comprendre comment et pourquoi les atrocités se sont développées et on peut tenter de prévenir les mêmes en décelant les éléments déclencheurs.

Dans notre nouvelle ère de la justice internationale moderne, les archives sont un outil pour anticiper les atrocités.

Ce qui est nettement moins cool, c’est l’ici et maintenant. C’est que la problématique est sous nos fenêtres, que la loi est ce qu’elle est, que les dossiers documentant les atrocités sont en train d’être produits, des dossiers de réfugiés et de migrants renvoyés des pays d’Europe par exemple, que nous devrons les archiver pour avoir du recul dans cinquante ans, pour que les survivants puissent se reconstruire dans cinquante ans, que nous fassions notre mea culpa dans cinquante ans, mais quelles sont les solutions pour l’avenir puisque nous n’en avons même pas pour le présent ?

Sans parler du cas de conscience citoyen, c’est un des paradoxes de notre profession, et là c’est plus compliqué de continuer à se rengorger.

Merci pour le direct à :

@Archivistes_AAF

@souslapoussiere

@archivist_chloe

@s_kwasnitza

Kowloon Walled City, mondes virtuels et archivage comme création artistique

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

par Anouk Dunant Gonzenbach

Mon vélo à fleurs se fait rattraper à un feu rouge par celui d’un ami surgi du passé : on pourrait discuter archives à mon atelier un de ces jours, me demande celui qui est devenu artiste, Laurent Valdès. Une proposition si incongrue ne se refuse pas (tiens mon chignon qui sent la poussière n’est pas rédhibitoire aujourd’hui). Nous voici ainsi quelques jours plus tard, un collègue aussi ami de l’artiste (ci-après SuperCollègue parce que c’est le king des SIP) et moi dans l’atelier en question à découvrir le mythe de la Kowloon Walled City, digne de celui de l’Atlantide sauf que c’est pour de vrai. Nous nous asseyons entre des boîtes Oekopack et des ordinateurs.

La Kowloon Walled City
La Kowloon Walled City, c’est une enclave chinoise au centre de Hong Kong encore britannique, une anomalie urbaine labyrinthique de 2,7 hectares développée anarchiquement, quarante mille Chinois vivant dans le quartier le plus dense du monde, un quotidien ordinaire entre fumeries d’opiums, de crack, petites usines, commerces familiaux et maisons closes. Un quartier cousu, recousu et rapiécé où le sol ne connaît plus le mot lumière, une organisation sociale paisible jouxtant les activités criminelles des triades chinoises. Une sorte de protubérance carrée au milieu d’une étendue de bâtiments peu élevés.

La Kowloon Walled City, disparue en 1993. Démolie. Rasée. Il n’en reste qu’un parc. Peu de traces tangibles. Mais des œuvres de fictions, des jeux vidéos, des mondes virtuels, la Kowloon City en alimente depuis lors l’imaginaire collectif.

Comment la disparition physique d’un lieu peut devenir une matrice pour notre imaginaire, tel est l’objet de recherche de Laurent Valdès. Qui de séjours sur place en recherches a réuni des traces documentaires et des œuvres de fiction, une collection sur la Cité disparue, une archive en devenir.

Quand la cotation devient un geste artistique
On en arrive à la question pour laquelle SuperCollègue et moi sommes là, fascinés par cette histoire réelle, suspendus aux lèvres de notre copain et tout contents que notre profession nous ait entrainés dans ce chemin de traverse. Quelles sont les caractéristiques matérielles d’un fonds d’archives, qui font qu’un fonds d’archives ressemble à un fonds d’archives ? Car Laurent va proposer une installation artistique de son travail dans une galerie genevoise, la Milkshake Agency, en organisant, classant et ordonnant tous les éléments qu’il a collectés, pour les présenter sous forme d’archive en devenir.

Alors SuperCollègue et moi on parle boutique. On parle étagère, compactus, boîte, inventaire, étiquette. C’est ainsi que la cotation devient un geste artistique. Sous le nom de All We Leave Is A Memory, l’installation est une création artistique à partir de documents collectés qui deviennent des archives, présentée sous forme d’archives. Démarche puissante. Archives dans galerie d’art contemporain:

All_We_Leave_instal-0273

All_We_Leave_instal-0251

Immersion dans la réalité virtuelle : Persistent Shadow
En parallèle à l’installation All We Leave Is A Memory, Laurent Valdès propose à la galerie Halle Nord une installation qui explore la mémoire de la Kowloon Walled City par un dispositif de réalité virtuelle. Au milieu de la galerie vide, un lac d’encre de Chine pour l’odeur et un carton postal chinois sur lequel est posé un casque.

Je mets le casque, me retrouve dans la même galerie mais cette fois agrémentée d’écrans vidéos, une porte se dessine sur un mur. Je franchis la porte et me retrouve dans l’ombre de la cité disparue, au pied des immeubles recouverts de noir. Dans un jeu vidéo qui n’est pas un jeu, dans une ville qui n’existe plus, le long d’habitations détruites dont les anciens habitants sont encore en vie. Je cours dans les rues, ai un peu le vertige, je commence à paniquer, et si les bulldozers arrivaient, j’arrache le casque, je reviens à Genève. Il n’y a plus de poussière sur mon chignon, il n’y a plus de chignon.

Persistent_Shadow_instal-0050

Persistent_Shadow_instal-0041

Installations de Laurent Valdès :

All We Leave Is A Memory, Milkshake Agency, du mardi 10 mai au vendredi 17 juin 2016 (exposition en vitrine visible en tout temps, visite sur rdv  : all_we_leave@nusquama.ch)..

Persistent Shadow, Halle Nord, du vendredi 20 mai au dimanche 29 mai 2016 (du mardi au dimanche de 14h à 18h).

D’archives et d’eau fraîche

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on LinkedInEmail this to someone

Par Anouk Dunant Gonzenbach

De retour de Troyes où a eu lieu du 30 mars au premier avril 2016 le deuxième forum de l’association des archivistes français qui a réuni 800 personnes en 3 jours, 90 interventions et autant d’ateliers et de tables rondes sous le titre de « meta/morphoses, les archives bouillons de culture du numérique »,  je pourrais résumer la brillante et décoiffante conférence d’ouverture de Bruno Bachimont, mais vous en trouverez un ici, et l’exercice n’était pas facile.

Je pourrais rapporter en quelques mots toutes les conférences auxquelles j’ai assisté, les échanges, les relations avec les humanités numériques, l’open data, les plans à 3 à Troyes, les regards augmentés, la longue traîne du web, le retour ad fontes avec le numérique et l’encodage en TEI, le transmedia, les réseaux sociaux parce qu’on le vaut bien, la DS blanche en bas de la photo, le saumon qui remonte la rivière, l’archivologie, les limonades, l’infusion de RM, le web sémantique, l’hybridité, le CIGO, l’ISNI, le RDF et les SIG, mais les Tweetos ont effectué un superboulot et sous le #AAFtroyes16 on peut suivre un fil très complet ; des comptes-rendus sont aussi proposés sur le site du forum.

Je pourrais raconter toutes les réalisations du datasprint, mais les merveilleux animateurs qui ont dû passer leurs nuits blanches à l’organiser ont publié un document de synthèse. Je pourrais gifanimer avec le tutoriel qui se trouve ici.

Je pourrais ouvrir mon cœur pour laisser éclater ces bulles d’émotions pour celles et ceux qui ont organisé splendidement ce forum, m’émerveiller devant une amitié professionnelle à pois avec Céline Guyon, la présidente du comité scientifique et d’organisation, pétiller de mots ce plaisir de rencontres renouvelées et de rencontres nouvelles, mais j’aurais peur d’un peu pleurer.

Je pourrais raconter l’accueil en Champagne et au Champagne, l’andouillette AAAAA, les lunch box d’archives délicieuses, les mots enthousiastes du préfet pour notre profession, l’organisation sans faille, le repas de gala et le madison carré, les défis du geocaching héraldique, mais j’aurais trop envie d’y retourner et de continuer à bouillonner et à me métamorphoser. Je pourrais parler de tout cela mais comme je ne suis pas la seule à pouvoir vivre d’archives et d’eau fraîche, des comptes-rendus fleurissent un peu partout.

Alors en fait je voulais juste partager avec vous une petite réflexion qui m’a perturbée dans le train du retour. On dématérialise, on scanne, on numérise, on réseausocialise, on médationumérise, on linkedatéise et je suis la première à porter avec enthousiasme ces projets. Mais notre objectif doit-il vraiment être de vider nos salles de lectures (pour ceux qui ont la chance d’avoir encore des lecteurs) ? Ce faisant, on donne la chance évidemment à un public du monde entier d’accéder égalitairement à nos sources et ressources, mais cela doit-il se faire au détriment de l’accueil local ? Participons-nous ainsi dans ce monde de l’individualité à briser un peu de lien social ?

Je suis d’accord, le lien social ne relève ni de nos législations ni de nos missions. Mais ne faut-il pas pour autant se poser la question ? Fermer un ou deux jours une salle de lecture qui fonctionne pour donner nos forces à la numérisation (puisque ces forces ne sont pas extensibles) est-il totalement gagnant au niveau humain ? Ou alors faut-il ramener le public in situ par des événements autres, lectures, performances, ateliers ?

Je n’en sais rien, je livre mes questions brutes. Nous devons effectuer des choix stratégiques qui nous appartiennent. Mais je suis convaincue que si nous les professionnels, nous pouvons vivre d’archives et d’eau fraîche, il nous faut accueillir les autres et faire rayonner la finalité de tout cela au-delà du virtuel, dans la vraie vie.

IMG_3837          IMG_3863

Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Troyes